Garrotxa Cultour - Página Principal

Menu Accueil
Point d'intérét touristique

Le village de Mallol

  • Le village de Mallol
  1. A+
  2. A-

Description

Le toponyme de Mallol, écrit également Maiol, n'apparait pas avant 1176. Il semble que l'origine du mot pourrait provenir du nom d'une jeune vigne (les maioles), bien qu'actuellement elle ait disparu de la région. Le village de Mallol possède une position stratégique au sommet d'une colline d'où l'on peut surveiller toute la vallée. Autrefois, un château se trouvait à cet emplacement. Des documents indiquent son existence dés 1204. Il fut la résidence des vicomtes d'en Bas. Ce château était fortement fortifié et entouré d'une grande muraille. Le village était le centre administratif du comté d'en Bas. Les tremblements de terre du XVème siècle affectèrent à tel point le château qu'il n'en reste que quelques pierres. L'église actuelle fut construite en 1427 juste après les tremblements. Elle se situe là où se trouvait l'ancienne chapelle de Sant Just (Saint Juste), en dehors des murailles. Elle fut dédiée à Saint Barthelemy. Actuellement, la maison du viguier (juge), la prison et la maison du notaire qui prêta ses services dans toute la vallée jusqu'au XIXème siècle, sont autant de bâtiments d'intérêts à visiter. Une légende raconte que la sorcière de Mallol, la donzelle Estruga Maigarda, se maria avec Bernat de Bellsolà qui était membre d'une famille riche du village. Estruga fut accusée de sorcellerie et portée devant l'assemblée du village entre le premier et le troisième jour du mois d'aout 1373. Ils l'accusèrent d'avoir exercé des actes de sorcellerie 14 ans plus tôt. Les délits étaient d'avoir réalisé des incantations en échange d'argent, pour unir ou détruire des mariages. Il semble aussi qu'elle avait le pouvoir d'agir sur la fécondité. Durant le jugement, une femme au nom d'Elisenda de Mas Isern déclara que la sorcière l'avait rendue stérile et que son mari l'avait abandonnée car elle ne pouvait pas lui donner d'enfants. Selon cette même femme, malgré ses visites répétées à la sorcière, et la grande quantité d'argent versée, aucun de ses problèmes ne vont se résoudre. Finalement, Maigarda fut jugée et condamnée, mais nous ne connaissons pas la peine. Cette légende est transmise dans ce refrain populaire: "De bruixes al Mallol, (Des sorcières du Mallol) n'hi ha un vol (il n'y a qu'un vol). De bruixes a Sant Privat, (Des sorcières à Saint Privat) n'hi ha un cabassat (il y en a à foison)".